Pour manger mieux, il faut manger bio ?

Pour manger mieux, il faut manger bio ?

Pour manger mieux, faut-il manger bio ? véritable phénomène de société, la montée en puissance du bio est indéniable. Mais que signifie bio ? les bienfaits sont-ils prouvés ? quels labels suivre ? Où acheter ses produits biologiques ? et qu’en est-il des applications qui nous guident ? Autant de questions, sur lesquelles je me suis penchée pour vous aider à vous y retrouver.

Que signifie le terme bio ?

En ce qui concerne l’alimentation (les cosmétiques seront traités ICI), ce sont des produits non traités. C’est-à-dire cultiver sans l’aide de pesticides transformés ou industriels, métaux lourds, fongicides ou engrais chimiques.

Quelques chiffres de notre marché domestique

La consommation d’aliments biologiques en France a augmenté de 17% en 2017 et ne cesse de s’accroître. Il n’y a qu’à regarder les rayons des supermarchés qui s’agrandissent régulièrement. Le nombre d’exploitations, et d’emplois directs est aussi en augmentation (voir l’infographie ci-dessous).  Mais nous ne sommes pas les plus engagés dans cette démarche, l’Allemagne est bien devant. Toutefois, on remarquera que sur les productions de légumes, plus de 40% de notre territoire est dédié au bio, contre 12% pour la vigne. Nous avons de la marge encore…

Info agriculture bio
Infographie du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation

Il faut savoir que pour nettoyer les sols des pesticides il faut entre 2 et 3 ans. Une exploitation bio demande plus de temps, plus d’espaces mais aussi plus de main d’œuvre. Ce qui pourrait, je dis bien pourrait, expliquer le prix plus onéreux des produits issus de l’agriculture biologique. Mais comme nous le savons tous, les marges des intermédiaires et le marketing sont passés par là également.

Pour manger mieux, faut-il manger bio ?

Une étude de INRA parue en 2018 tend à démontrer que les risques de cancer peuvent être diminués de 25% avec une consommation régulière d’aliments bio. Une autre étude parue sur  Environmental Health, met également en avant des bienfaits sur les maladies chroniques, la résistance aux antibiotiques, mais aussi,  l’obésité, le système neurologique, et le développement cognitif des enfants. Toutefois, d’autres études menées tendent à ne pas trouver de réels bienfaits pour la santé. Par contre, il y a unanimité sur le respect de l’environnement et des animaux.

De plus, certains agriculteurs, sans être certifiés bio s’engagent dans la réduction des pesticides et engrais chimiques. Ils s’investissent également dans la  préservation de l’environnement et un meilleur traitement des animaux, sans toutefois augmenter leurs tarifs.

Manger bio, une tendance ?

C’est indéniable. Selon une étude de l’agence bio en 2016, 89% des français ont consommé bio durant l’année. Les principaux motifs sont : préserver sa santé (66%), respecter l’environnement (58%), privilégier la qualité gustative des produits (56%). Il est possible que cela soit aussi un phénomène de mode, le gentil mouton de Panurge, mais j’avoue ne pas être convaincue pour les 89%. Les médias nous ont assommés de scandales sanitaires divers, nos enfants nous parlent sans répit de la protection de la planète. Par ailleurs, nous avons mis en place et faisons régulièrement le tri sélectif, il y a donc une réelle prise de conscience. Il faut se réveiller, se protéger le plus possible, prendre soin de soi, des autres et de la planète qui nous héberge. Alors oui peut-être que manger mieux, c’est manger bio. En ce qui me concerne cela passait également par manger sans gluten.

Le casse tête des labels

Il existe une dizaine de labels bio en France. l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, a mis au point un outil pour mieux les connaître. Vous sélectionnez votre famille de produit (nourriture, jouets, mobilier, textile, etc…) puis un type de produit. Les labels sont imagés et expliqués.

A titre personnel, je ne suis pas trop le label européen ou le label AB, pourquoi ? parce qu’il y a des pays dans l’Europe à qui je ne fais pas confiance, quant à l’éthique tout d’abord. Ensuite, parce que les contrôles ou certifications sont délégués à des organismes indépendants (sociétés privées à but lucratif) donc prudence.

Je suis Bio cohérence et Nature et progrès car ils sont plus rigoureux dans leurs critères et dans les contrôles. Si je ne trouve pas, je regarde systématiquement les étiquettes, fais un premier tri sur le pays de provenance. Ensuite, je m’attache aux additifs, il y en aura quasiment toujours ne vous leurrez pas trop, mais je sélectionne là où il y en a le moins possible. De plus, j’évite tout ce qui porte la mention “enrichi”.

Où acheter ses produits bio ?

Aujourd’hui 46% des produits bio sont vendus en grandes et moyennes surfaces et seulement 13% en vente directe. Je ne suis pas plus surprise que cela par la statistique. En effet, tout le monde n’a pas un étalage de bocaux à remplir en faisant ses courses le soir après le boulot. Et je ne suis pas différente des autres je vous rassure. Je prends donc des produits bio en grande surface. C’est d’ailleurs souvent proche du rayon sans gluten que je fréquente assidûment. Toutefois, je prends  les fruits et légumes et la viande chez un producteur près de chez moi. Si vous n’en connaissez pas :

  • aller voir sur le site Drive fermier et vous trouverez sûrement, ou parlez-en autour de vous.
  • Les AMAP ce sont des associations qui mettent un lien des producteurs locaux et des consommateurs.
  • Mon panier bio un site qui vous aide à trouver des produits près de chez vous

Oui, on ne mange pas de tomates en janvier, oui, les légumes sont plus “moches” et se conservent moins longtemps, et oui j’aime pas trop les produits d’automne. Mais, quand j’aime moins, j’en fait une soupe et voilà… Et puis, tout comme on doit apprendre à nos enfants que le lait ne vient pas du supermarché mais du pie de la vache, il faut aussi leur apprendre que quand c’est l’automne on ne mange plus de cerises. Les repères c’est aussi important pour eux, qui n’ont pas connu les vacances à la ferme avec le pot à lait, les ballades dans les sentiers pour ramasser les mûres et faire des confitures 😉

Des applications pour aider à s’y retrouver dans le bio ?

Yuka est une application gratuite à installer sur son téléphone. Super simple d’utilisation, vous scannez un produit et Yuka sort une couleur (vert, orange ou rouge) une note sur 100. Vous pouvez également rentrer dans le détail des composantes du produit. Beaucoup d’informations mais dans un langage clair et simple. Beaucoup des ses données viennent de OPEN FOOD FACTS, qui est le Wikipédia de l’alimentaire. C’est un succès indéniable et les téléchargements sont toujours plus nombreux. Je l’ai d’ailleurs moi-même téléchargée, mais je m’en sers peu car elle ne fonctionne pas ici en Italie. Certains la décrient ,surtout les scientifiques, car des erreurs subsistent parfois. Mais, comme toute application, on ne peut pas demander à un algorithme de comprendre que le miel en soi est un aliment sain, quand en l’analysant il découvre qu’il est plein de sucre… et que trop de sucre nuit à la santé.

Mais cette application a un gros avantage. Celui de faire réfléchir certains industriels aux produits qu’ils utilisent et les amener à limiter certains ingrédients. Yuka est un outil, il vous aide mais ne fera pas tout pour vous. Il vous fournit des informations, des recommandations, mais il faut quand même réfléchir à ce que nous lisons. Interpréter et prendre des décisions.

Je fais confiance à mes fournisseurs, mais je vérifie les infos que je vois affichées. J’essaie le plus souvent possible, de me rappeler que nous sommes dans une société de consommation, où le maître mot est le marketing. Se fier oui, aveuglément non. “S’il est rare de donner sa confiance sans aucune restriction, même à ses meilleurs amis, il l’est encore plus de n’avoir pas à s’en repentirCitation de Constance de Theis. Prochaine étape la mode éthique ☺️

Et vous ? le Bio à fond la forme ? Bio forerver ? Manger mieux est-ce manger bio ? partagez votre avis, et vos bons plans dans les commentaires.

Laissez un commentaire (si cela vous dit)

Fermer le menu